L’allaitement, ce n’est pas si évident…

biberon

 

Sujet un peu délicat aujourd’hui mais néanmoins important… Je ne voudrais blesser personne, ou susciter un quelconque débat, mais je suis préoccupée depuis plusieurs mois, et même si jusqu’à maintenant je repoussais la décision à plus tard, je sens bien que l’étau se resserre. Il me reste encore un peu de temps, un peu plus de trois mois, mais je sens que je vais devoir prendre une décision.

Allaiter n’est pas une évidence pour moi. C’est dit. Avant de tomber enceinte, c’est déjà ce que je pensais, et ça ne me dérangeait pas. Quand je voyais une maman donner le biberon, je trouvais ça normal. J’étais même plus dérangée quand une amie partait s’isoler dans une pièce à part pour donner le sein à son bébé. Je trouvais ça contraignant. Et je ne parle pas de ma gêne quand elle restait dans la même pièce. Tout ça pour dire que je ne me suis jamais trop torturé les méninges, quand j’aurai un bébé, je lui donnerai le biberon, et puis voilà, fin de l’histoire.

Mais depuis que je suis enceinte, les sollicitations pour se questionner sur l’allaitement viennent de toute part. Dans la presse spécialisée, lors des rencontres avec ma sage femme, dans la mallette que j’ai reçue lors de mon inscription à la maternité, dans les conseils de mes applications « spécial grossesse » sur mon téléphone… et évidemment lors des conversations avec des femmes, plus ou moins proches d’ailleurs. C’est visiblement un sujet qu’on aborde facilement avec une future maman et la question « tu vas allaiter ? » résonne souvent plus comme une affirmation. On dit que le lobby des laits industriels est puissant mais je trouve celui de l’allaitement maternel encore plus agressif. Ok, il y a des pubs pour les biberons toutes les 3 pages dans mes revues, mais le message n’est pas aussi intrusif que les nombreux articles sur les bienfaits de l’allaitement et les astuces pour éviter que ça se passe mal (crevasses et compagnie).

Au début je disais que je n’étais pas trop pour l’allaitement, et j’ai vite compris que ce n’était pas la bonne réponse. Les convaincues partaient alors dans un argumentaire sur les bienfaits du lait maternel, bref, de tout ce que j’ai pu lire par ailleurs.

Du coup, j’ai changé de tactique, en étant moins tranchée, et en déclarant que j’étais en réflexion sur le sujet. Et là, je me retrouve face à trois types de réactions :

  • Celles qui ne jugent pas ou qui ont-elles-mêmes donné le biberon, et qui passent à autre chose, voyant que je ne souhaite pas m’étaler sur le sujet et que je ne vais pas forcément partager ce genre de doutes avec ma collègue de boulot que je croise trois fois dans l’année.
  • Il y a celles qui continuent de vanter les bienfaits du lait maternel, que c’est pratique, économique, qu’avec le biberon je vais priver mon bébé des défenses immunitaires idéalement présentes dans le lait maternel, que ce n’est pas pour rien que la mère peut physiologiquement allaiter, que partout dans le monde c’est une recommandation qu’on retrouve…. Oui, c’est vrai, ces réflexions m’amènent à réfléchir. Pourquoi faire méga attention pendant 9 mois à ce que je mange, au moins comprimé que je prends, si dès que bébé naît je ne lui donne pas ce qui est considéré comme le meilleur ?
  • Et il y a la troisième catégorie. Celle qui me fait culpabiliser. Cette petite phrase qui devrait me réconforter mais qui m’attriste ; « Il vaut mieux un biberon donné avec amour plutôt qu’un sein qui se passe mal » Je n’aime pas entendre ce discours parce que oui, il me fait culpabiliser. J’ai l’impression que c’est un discours tout fait, pour donner une issue de sortie, mais que la personne qui le dit n’y croit pas trop. C’est ma sage-femme, tout adorable qu’elle est, qui m’a dit ça, lors de la consultation du 4è mois. Et ça m’a touché. Pourtant, j’ai l’impression qu’elle ne cherchait pas à me convaincre, plutôt à me soulager du poids de mon indécision. Mais je ne l’ai pas entendu comme ça. Et depuis, ça me trotte en tête.

 

Me voilà, donc, à 5 mois de grossesse, à me poser cette question sans trouver de réponse.

Mon mari me suivra, peu importe ma décision. J’ai même l’impression qu’il est plus « pro-biberon » parce qu’il aimerait le donner lui aussi.

J’ai toujours été convaincue que sein ou biberon, si on se pose au calme et qu’on prend le temps, le moment du repas sera toujours un moment privilégié à partager avec son bébé. Et je me sens égoïste de vouloir garder ce lien pour moi et de ne pas laisser l’opportunité au papa de le connaître. Il y a déjà tellement de choses qu’une maman seule peut ressentir !

 

Et puis, tant pis si je choque mais pour moi la poitrine a plus une connotation sexuelle, intime, et je crains que cette image change. Je ne veux pas qu’elle change. Je ne veux pas que mon mari ne me regarde plus de la même façon. C’est un sujet que nous avons déjà évoqué tous les deux, et même s’il m’assure que ça ne changera sûrement rien, je n’en suis pas certaine. J’entends assez dire autour de moi que la vie de couple est bousculée après la naissance, je n’ai pas envie de me rajouter cette crainte supplémentaire.

 

J’en arrive à une possibilité intermédiaire, qui est de tirer mon lait pour le donner au biberon. Comme ça les bienfaits du lait maternel sont présents, et mes seins assureront un peu moins la fonction « nourricière » qui me gène tant. Mais je crois que ce n’est pas la solution la plus aisée non plus…

 

Alors voilà, je suis un peu perdue, et je suis seule à prendre cette décision.

 

Comme beaucoup de choses, je me dis que la grossesse n’est pas terminée et que je peux prendre la décision plus tard. Que peut-être que ma vision de l’allaitement va évoluer d’ici la naissance. Tant de choses ont déjà changé depuis que je suis enceinte ! Je me rappelle un article où je disais avoir peur de voir ma vie changer avec l’arrivée d’un bébé, qu’elle me plaisait comme elle l’était, que je ne voulais pas changer de rythme, surtout vis-à-vis du travail… et là maintenant, je me trouve à essayer de calculer comment passer à temps partiel pour profiter de mon petit bout qui n’a pas encore pointé son nez…

Pour l’allaitement ce sera peut-être pareil…

Publicités

11 réflexions sur “L’allaitement, ce n’est pas si évident…

  1. Coucou, alors je suis pro allaitement mais je suis pro tout court et dieu merci je suis ouverte d’esprit lol. Pourquoi l’allaitement c’est naturel chez moi ? parce que mes exemples : mère, soeurs, belles soeur ont toutes allaités donc ba forcément c’est devenu la norme pour moi. Par contre je te rejoint tout à fait par rapport aux papas. Je trouve que certaines rentrent dans une relation trop fusionnelle sous couvert d’être « maternante » et ça exclu au fur et à mesure le papa. Mister B est un papa nouvel génération et on est tout à fait d’accord sur le sujet. J’ai également très peur des sensations car en fait je supporte mal qu’on s’approche de ma poitrine pour tout dire lol. Donc sexuellement ou en fonction nourricière je sais pas pourquoi mais si des dents s’approche de moi j’ai une terreur injustifié qui me bloque un peu. Bon ça s’atténue avec le temps mais c’est vrai que j’appréhende la réalité de la chose une fois que le Litchi sera là à me tétouiller pour la première fois.
    Ce qui est sure c’est que je vais essayer et même m’accrocher car j’aimerais allaiter 6 mois. Ce qui est sure aussi c’est que quand ( ou si mais on va garder le « quand » en tête lol) l’allaitement sera bien en place je tirerais mon lait pour que Mister B puisse donner un bib au moins 1 fois par jour.
    Ce que je te conseillerais donc puisque quand on est une primi on ne sait pas, c’est d’essayer. Faire au moins la tétée de bienvenu, voire d’allaiter à la maternité (tfaçon on a un peu que ça à faire là bas lol) et puis de voir. Comme ça toi tu seras fixé, aucun regret et bébé aura eu le colostrum.

    Pour les bib, perso je conseille aux parents de prendre plusieurs marques avec des tétines de formes différentes en 120ml : c’est moins cher et ça servira plus tard pour l’eau. Pourquoi plusieurs marque/formes ? Parce que certains bébés sont relou, ouai faut le dire et prennent mieux certaines formes/marques que d’autres. Donc si tu as acheté le stock en pack de biberon que d’une marque et que bébé aime pas tu te retrouves comme une c*** . Pas besoin d’en avoir 15, tu vas vite savoir quelle forme bébé aime et les bib on en trouve partout, il suffit d’envoyer le papa et hop tu as le stock de la bonne forme.
    Sur les salons et des fois en magasins tu peux avoir des échantillons de quelques marques : des bib en 120ml justement. Quand je bossais à Aubert je sais qu’il y avait une « box » de bienvenu en ouvrant une liste et dedans yavait un ou deux biberons déjà. Puis au salon baby , en super marché aussi tu peux trouver ça des fois.
    A savoir, les maternités travaillent avec Nuk, c’est des tétines toutes petites qu’on retrouve pas après dans le commerce mais la forme reste la même.

    Pour ma part j’ai pas refait le tour du marché récemment mais je me souviens avoir sélectionné Tommy tippee (j’en ai un petit à la maison déjà d’ailleurs que j’ai reçu sur un salon) et chicco car la forme ressemble vraiment au sein donc en allaitement mixte ça me parait pas mal pour pas trop perturber bébé. Mais d’ici là je referais une étude plus poussée car ya surement des nouveautés !

    J'aime

  2. Ne t’inquietes pas moi non plus c’est pas une évidence du tout !!
    Je ne pourrais pas allaiter j’ai cette persuasion là depuis plusieurs années déjà ! Même si tout mon entourage cherche à m’engrainer moi je ne peux pas. Je n’y arriverai pas je le sais je fais un blocage !
    J’en ai fait un article y a pas longtemps ici : http://devenirmamancestpasevident.blogspot.fr/2015/02/et-si-jai-pas-envie-dallaiter.html

    Ce n’est qu’une question d’instinct. Après un allaitement contraint est un grand risque d’un échec d’allaitement !

    J'aime

  3. D’après ce que j’ai lu il y a bienfait de l’allaitement que si le bébé est allaité 6 mois. Et 6 mois c’est loin d’être simple à organiser quand on reprend le travail. Pour ma part j’ai allaité 2 mois avec un sevrage brutal pour cause de lymphangite. Et ma fille a très bien accepté le biberon, ça s’est bien passé sans souci. Je regrette pas de l’avoir allaitée, je ne sais pas si je le referai pour un autre enfant (sans doute que oui quand même). J’ai aussi trouvé des avantages à lui donner le biberon.
    Pour le papa, il ne sera pas privé de donner le biberon, ça peut être au choix lui donner plus tard parce que l’enfant prendra quand même des biberons pendant un bon bout de temps. Ou bien si tu t’absentes le biberon peut être donné en relais par le papa. Ca le prive pas de sa relation avec l’enfant.
    J’ai envie de te dire aussi que rien ne te force à prendre une décision maintenant, tu peux lorsque bébé sera là voir commet tu le sens, faire éventuellement une tétée d’accueil et si le moment ne te plait pas, passer au biberon.
    Quant à la question du sein érotique, je dirai que dans mon couple cela n’a rien changé, la libido est revenue plus forte qu’avant (cause PMA) et mes seins lui plaisent toujours. Bon à moi ils me plaisent moins, ils ont perdu du volume, pris des vergetures et pendent un peu à présent mais c’est une autre histoire.

    J'aime

  4. Pour moi aussi ce n’est pas si évident..Pas d’allaitement parmi mes proches (mère, sœur…) pourtant nous avons été et mon neveu aussi, en très bonne santé, rarement malade..alors que la petite d’une amie, allaitée exclusivement pendant 5-6 mois est sans arrêt malade et sous antibio..Donc c’est pas le coup des anticorps qui vont me faire basculer du côté de l’allaitement. Et je dois avouer que la « secte » des pro-allaitement me donnait pas envie, pas plus que les pro-biberon !!

    Cela dit, depuis mon cours « allaitement » avec ma sage femme, j’y pense, en tout cas ce n’est plus un non catégorique même si j’ai 2-3 biberons de secours au cas où !!!. Du coup, je vais le tenter sans me prendre la tête. Voila pourquoi (cela pourra peut être t’aiguiller !!) :
    1) parce que mon chéri me rassure en me disant qu’il aura d’autre moyen pour partager un moment avec son fils et qu’il est plutôt pour l’allaitement (même si le choix me reviens: il est pas fou, il veut pas d’une gonzesse sur les nerfs parce que ça fonctionne mal ou que ça me gonfle ^^). Effectivement, quand je vois le lien qu’ils sont arrivés à se créer avec l’haptonomie, je me fais aucun soucis pour ses deux là.
    2) parce que ma sage femme a su trouver les mots pour me « convaincre », me faire « relativiser » sur l’allaitement dont je me faisais toute une montagne et que je sais qu’elle sera là au moindre pépin (à me donner une prescription d’une boite de lait si jamais. Parce que pour elle, la priorité c’est le bien être de la maman et non de bébé puisque une maman pas bien = un bébé pas bien , elle a du le dire 10 00000000 fois lol !!) Bref elle est pas pro allaitement ni pro biberon du coup le discours passe mieux. J’aime les gens qui ne sont pas moralisateurs et qui respectent tes choix.
    3) ce sera peut être mon seul enfant (on ne sait jamais ce que la vie réserve) d’où ma volonté de vivre cette maternité intensément et de tout tenter ( ça inclus l’accouchement sans péridurale, mais idem ce sera une tentative, on verra la motivation et la force le jour J).
    4) quitte à être en congé parentale pendant 6 mois (presque « forcée » à cause du boulot mais super méga giga contente de l’être) je me dit que je peux le tenter, puisque je me voyais pas le faire avec un congé maternité « simple » puisque à peine on commence l’allaitement qu’il faut penser à le sevrer !!
    5) j’ai par contre toujours voulu faire la tétée de bienvenue (contradictoire moi ?!) alors je me dis que celle-ci sera décisive. Je verrai si la sensation de l’avoir au sein me plaît ou non à ce moment.

    Bref, je veux vivre ma grossesse et mes débuts de jeune maman au feeling et à fond, sans prise de tête. Surtout je ne veux rien regretter donc je ferai les choses à ma manière, selon mes envies et surtout sans écouter les dires des unes et des autres de mon entourages.. Ce bébé est le mien, le notre, et seul l’avis du père m’importe. Mais je sais d’avance et j’essaie de me préparer à ça, pour avoir déjà eu une petite réflexion d’une pro-biberon, que qque soit mon choix il sera critiqué !!

    J'aime

  5. Ton post m’a touché d’une certaine manière. On sent que la question du choix de l’allaitement maternel ou artificiel te crée une angoisse mais je ne suis pas sûre que nous (lectrices) nous puissions vraiment t’aider par nos témoignages. En fait, le vrai problème ne vient pas de ton indécision mais des personnes qui t’ont fait culpabilisé. C’est incroyable que sous couvert d’une soit-disante politique de santé publique on se permette d’intervenir ainsi dans le choix d’une personne.
    De mon côté j’ai peut-être eu plus de chance que toi puisque personne n’a essayé de me dissuader de donner le biberon. Je ne vais pas m’étaler sur les raisons de mon choix (sauf si tu me le demande) mais c’est vrai que pour moi aussi les seins ont une connotation sexuelle.
    Je te donnerais juste un conseil, appuie-toi sur le Papa pour imposer ton choix. Vous êtes une équipe, si l’un flanche, l’autre peu prendre le relais. Ce conseil sera d’autant plus valable quand le bébé sera là.
    Bonne fin de grossesse

    J'aime

  6. bonjour, je viens de lire ton post qui à bientôt 1 an, et je voulais savoir alors la décision que tu as prise au final ? allaitement ou biberon. Je suis comme toi à présent. Au début de la grossesse j’ai dit « oh oui j’allaiterais  » et puis j’ai commencé les cours d’accouchements, et plus les mois passe et plus les biberons m’attirent… Je n’ai jamais eu l’esprit maternel et depuis toute petite j’étais un « garçon manqué », moi et les enfants c’est fait deux. Ma mère ne ma pas allaiter non plus et je suis en parfaite santé pour autant^^. Et le futur papa, lui déjà n’aime pas le geste d’allaitement, il est mal a l’aise, mais il respecte ce choix. Après, plus la fin de grossesse approche et plus je me tâte… donc voilà j’aimerais savoir quand tu as accouché qu’elle était ta décision définitive ?? je suis a 28sa, et on va surement me déclenché l’accouchement à la 39sa. Et je ressent vraiment l’envie de donner le biberon de + en +….

    J'aime

    1. Et bien finalement j’ai allaité. J’ai écrit plusieurs articles à ce sujet parce que ça a été les montagnes russes et j’étais vraiment partagée. Jusqu’à ce qu’on détecté un retard de croissance et qu’on me conseille d’allaiter pour la santé du bébé. Là j’avais moins le choux et je ne me suis plus posée de questions. Dis toi bien que si ça te rebute tu risque de faire un blocage et de ne pas réussir à allaiter. Vaut vouloir essayer et avoir envie de persévérer parce que les débuts (qui durent parfois 15j/3 semaines) ne sont pas toujours faciles. Je t’invite à lire les autres articles que j’ai écrit et où je fais le bilan de mon allaitement. Aujourd’hui je ne regrette pas d’avoir allaité, pas pour le lien « special » dont tout le monde parle mais pour les anticorps que j’ai donné à mon bébé. J’ai l’impression de lui avoir donné de bonnes choses et ça me rend fière. Mais c’est personnel et rien ne prouve que les bébés au biberon sont moins malades. Donc franchement ne te mets pas la pression. Et il est fort possible que tu changes d’avis le jour J (que tu aies envisagé le biberon ou le sein). Bon courage à toi et bonne fin de grossesse

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s