L’allaitement… Et si finalement…

allaitement2

{33 SA}

Voyez-vous, je ne suis toujours pas au clair dans ma tête concernant l’allaitement. Je l’ai déjà évoqué dans deux articles (ici et ici) et je crains de vous perdre dans un troisième, mais là, je me sens perdue. Perdue de chez pommée, à la fois en colère et triste. Cette histoire d’allaitement va finir par virer à l’obsession !

J’ai toujours tenu le discours selon lequel je ne me voyais pas allaiter, que j’opterai pour le biberon, et puis voilà.

La grossesse évoluant, j’ai commencé à râler devant les discours des pro-allaitement qui me faisaient culpabiliser.

J’ai reçu en retour beaucoup de témoignages comme quoi ce n’était pas un crime de ne pas allaiter, que le biberon c’était aussi très bien, et que les bébés allaités se portaient très bien aussi. Que l’allaitement c’était en grande partie dans la tête, que c’était un moment privilégié avec le bébé, un bonheur même quand il était bien mis en route, mais qu’il fallait le vouloir et que si jamais ce n’était pas le cas, il y avait d’autres moyens de partager de bons moments avec son bébé (le biberon en lui-même, le bain, etc…). Ces bonnes paroles m’ont un peu apaisée et confortée dans mon choix de ne pas allaiter,  sans être libérée à 100%. Pas totalement convaincue parce que je devais faire…

Jusqu’à ce que je tombe sur un article qui passe actuellement sur les réseaux sociaux, vous l’avez d’ailleurs peut-être vu. Il s’agit de statistiques sur l’allaitement, sa durée, en fonction de l’âge de la maman. Et là j’ai vu qu’environ 70% des trentenaires choisissaient l’allaitement maternel. Elles sont beaucoup moins au bout de 3 semaines/ 1 mois mais c’est la proportion de mères souhaitant allaiter à la naissance qui m’a interpellée. Ça n’aurait pas dû être une révélation : dans mon entourage, quasiment toutes les femmes veulent allaiter, et même parmi vous, la majorité souhaite essayer. Mais de voir ce chiffre de 70% écrit m’a fait prendre conscience que je faisais partie d’une minorité et que je ne l’expliquais pas. Qu’est-ce qui fait que je bloque à ce point sur l’allaitement au sein ? Bon sang, je n’en sais rien. Je crois qu’une psychothérapie va s’imposer parce qu’au final, le point bloquant est là. Je ne me vois pas avec un bébé au boit du sein, cette situation ne me fait pas rêver du tout, mais alors pas du tout. J’ai peur que mon mari ne voit plus ma poitrine que comme un garde manger pour le bébé. Le pire c’est que ça me gênerait d’en parler autour de moi, qu’on sache que j’allaite (même mes proches, amis comme famille…), je ne voudrais pas qu’on me voit nourrir mon bébé au sein. Oui je suis définitivement tordue ! L’allaitement est l’un des phénomènes les plus naturels au monde, qui existe depuis que l’homme existe, et moi, ça me dérange. J’ai réfléchis à cette gêne et je ne la comprends pas. Je ne suis pas particulièrement pudique (bon, pas exhib’ non plus hein !) mais même si je préfère éviter le monokini à la plage, ça ne me rendrait pas malade de faire seins nus (mis à part le côté nocif du soleil, bien évidemment). Je n’ai pas une grosse poitrine, 85B avant la grossesse, ce qui fait que mes seins tiennent tous seuls, j’en suis même plutôt ravie ! Bref, je n’ai pas honte de ma poitrine, que je vois même comme un élément de séduction. Je n’en ai pas honte, sauf quand il s’agit de nourrir mon bébé, chose ultra méga naturelle. Comment l’expliquer ?

Bien évidemment, je n’ai toujours pas trouvé de réponse, mais j’ai eu un déclic en parcourant de nombreux forums (oui je continue de chercher la réponse à mes improbables questions !) où je lisais les questions de futures mères pas hyper emballées à l’idée d’allaiter. En général les réponses étaient les mêmes que celles citées plus haut : c’est pas grave, si on ne le sent pas ce n’est pas la peine de se forcer, vaut mieux un bon biberon qu’un sein à contre coeur, etc… Et puis plusieurs fois je me suis retrouvée face à cette proposition : « si tu hésites, ça ne coûte rien de tenter la tétée de bienvenue », car « ça sera toujours ça de pris pour le bébé ».

« Toujours ça de pris pour le bébé ». Bordel. Ceux qui ont écrit ces mots ne se sont pas rendus compte de l’impact que ça a eu sur moi. C’est si bon que ça le lait maternel ? Et bien oui, apparemment. A lire tout ce qui est disponible (et pas que sur le site de la Leche League, qui ne doit pas être très objectif sur la question), le peu qu’on puisse donner est toujours bon à prendre. Alors, ok, même si je n’ai pas trouvé un seul document prouvant que les bébés allaités (occidentaux hein, je ne parle pas des pays en voie de développement où à l’hygiène douteuse) étaient moins malades/avaient moins de coliques/ étaient moins dépressifs adultes/mouraient moins jeunes de je ne sais quelle maladie/etc, j’accepte de me ranger du côté de la théorie selon laquelle le lait maternel est meilleur. Après tout, il arrive en même temps que le bébé. Pourquoi lui donner du lait de vache ? Ce n’est pas un veau ! Biologiquement un lait existe spécialement pour lui, adapté à mon bébé. Quelles sont les raisons pour lesquelles je le priverai de la chance de consommer un lait spécialement fait pour lui ? Sans même essayer ? C’est égoïste de ma part. Je me prive de saucisson et de choses trop bonnes pendant 9 mois, je fais tous les examens et prises de sang nécessaires, je fais attention à bien me reposer en cas de contractions, bref je fais tout pour que ce petit bébé arrive en pleine forme, même si c’est contraignant, et là, pour un acte naturel, normal, international et interculturel, je m’oppose ? Sans raison apparente ! De quel droit ?

Voilà où j’en suis. J’ai donc pris la décision, il y a deux jours et suite à cette looongue réflexion qui à force me fait tourner la tête, d’allaiter mon bébé. Pour lui, pour sa santé. En tout cas de ne pas l’en priver et d’essayer. Je n’ai clairement pas pris cette décision pour les bonnes raisons et il est possible que ça en fasse bondir plus d’une d’incompréhension, mais je vais tenter. Je vais le faire pour mon bébé, uniquement pour les vertus du lait maternel et ce qu’il peut apporter à mon bébé. Je ne le fais pas pour moi, pour la complicité, pour la relation mère-enfant ou pour la beauté du geste qui m’importe peu. Je reste convaincue que j’aurais cette complicité en dehors de l’allaitement.

Je ne vais pas en parler autour de moi, je serai gênée que ça se sache (cherchez pas à comprendre…). Je pense également avoir des difficultés à allaiter devant mon mari.

Voilà où j’en suis à 8 mois de grossesse. Peut-être que tout changera une fois que Bébé sera là. Peut-être que tout ira bien et que je finirai par allaiter de façon naturelle. Il est fort probable qu’avec ma volonté plus que limitée et mon manque d’enthousiasme je sois confrontée à tous les problèmes qu’une mère allaitante peut rencontrer : engorgement, fièvre, douleurs, crevasses et j’en passe. J’ai décidé d’essayer. Si ça me rebute et que je souhaite arrêter, je le ferai. Au moins, j’aurais tenté et « ça sera toujours ça de pris pour bébé ». Si ça dure une semaine, ça durera une semaine. Si c’est un mois, tant mieux. Et puis on verra. Dans tous les cas j’ai la chance d’avoir à mes côtés un mari qui me soutient, peu importe ma décision. C’est une énorme chance, que j’en profite pour tout tenter !

 

allaitement

Publicités

26 réflexions sur “L’allaitement… Et si finalement…

  1. Je pense que c’est ta décision et les raisons qui te poussent à allaiter t’appartiennent. Personne ne devrait avoir le droit d’en juger.
    Pour info, j’avais une maman qui allaitait devant moi dans le RER hier. Pour sa pudeur, elle avait mis une espèce de tablier qui lui permettait de voir bébé tout en se préservant des regards indiscrets. J’ai réussi à voir la marque sur l’étiquette et à trouver leur site : https://www.bebeaulait.com/breast-feeding.html

    J'aime

  2. Ne pense pas au pire de l’allaitement pense positif dis toi que tout va bien se passer (méthode Coué). Tu peux investir dans des bouts de seins en silicone de chez dodie ça facilite la prise au sein de bébé et évite les crevasses. Pense à prendre un coussin d’allaitement pour caler bébé durant la tétée. Ne t’inquiètes pas à la maternité tu ne seras pas seule tu auras des personnes compétentes pour t’aider au mieux à te lancer dans l’aventure de l’allaitement. Si tu es absolument sur de ton choix il n’y a pas de raison que ça se passe mal. De toute manière personne a à te juger sein ou biberon du moment que tu le fais avec Bonheur c’est le principal. Le seul soutien que tu dois avoir est celui de ton conjoint se sera ton rempart contre les langues de vipères et autres énergies négatives. Une Maman heureuse est un bébé heureux ! Bisous ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Oui j’ai déjà le coussin d’allaitement, il me soulage le dos quand je le cale dans le canapé. Il sera rentabilisé !
      Et mon chéri me soutient, peu importe ma décision (j’ai même presque l’impression qu’il est pro-biberon !) donc aucune pression de ce côté là. Merci pour ton commentaire en tout cas !

      J'aime

  3. Je crois qu’on passe quasiment toute par ces interrogations sans parvenir à tout régler avant l’accouchement…même à J-5 😉

    Je faisais partie de celle qui étais sûre de donner le biberon..et puis j’ai changée d’avis enceinte. Mais pour être honnête, malgré ma très forte envie de tenter l’aventure, j’ai encore des doutes. Bizarrement je me sens à 100 % prête à « peut être » avoir mal à cause de l’engorgement, des crevasses et autres joyeusetés de l’allaitement. Mais comme toi, je me demande comment je vais gérer devant les gens de ma famille (autre que mon chéri), et pire des inconnus. Je pense que j’irai dans une pièce seule parce que je me vois pas déballer la marchandise comme ça.

    En même temps, je disais la même chose sur le fait de montrer son anatomie lors des exams en cours de grossesse. Et finalement, je fais partie de celle qui tombe toujours sur une sage-femme avec un/une stagiaire ou qui vais venir le médecin de garde et finalement je compte plus le nombre de personnes qui sont passé sous le drap sans que cela me gêne plus que ça étonnamment MDR Alors peut être que pour l’allaitement ma pudeur ira aussi au placard…qui vivra verra

    En tout cas, ton choix sera forcément le bon puisqu’il sera tiens et ne laisse personne en juger !!

    Aimé par 1 personne

    1. Pour ce qui est de la pudeur, c’est clair qu’avec la grossesse il faut vite l’oublier (et je ne parle pas de celles qui passent par la PMA…) À l’hôpital c’est encore pire avec les stagiaires et les internes.
      Finalement j’ai l’impression qu’il y a une part non négligeable de futures mamans assez anxieuses vis à vis de l’allaitement, et qui veulent tenter sans pour autant se mettre la pression. Pour toi ça approche, tu nous diras 🙂

      J'aime

      1. Ça y est mon petit Liam est né ce matin et je confirme pour l’allaitement il faut un peu s’accrocher. Heureusement que la 2 ème tétée s’est mieux passée sinon j’aurais arrêter de suite. Quand aux problèmes de pudeur…aucun soucis avec mon homme, ni avec le personnel soignant…par contre pas encore vu avec la famille.

        J'aime

          1. Terriblement heureuse et crevée à la fois. Le travail a été long et très douloureux puisque la naissance est due à un déclenchement (24h de contractions toutes les 2min) mais je garde un super souvenir de la poussée et du moment où on te le pose dessus. Depuis je le dévore des yeux et de bisous 🙂

            J'aime

  4. Franchement je ne vois pas comment une tétée aurait un impact positif. Je crois que c’est vraiment juste une question de discours. Et ne t’embête pas avec des stats, franchement je connais plus de mères qui biberonnent que de mères qui allaitent.
    Loin de moi l’idée de te décourager d’essayer, mais les premiers temps c’est assez difficile, donc il faudra t’accrocher pour tenir.
    Quant à « se montrer », j’ai fini par le faire (toujours en demandant si ça gênait et en me « cachant » du mieux possible) : quand on passe 8h par jour le bébé au sein, ça finit forcément par arriver.
    Étant moi même « allaitante » sans être emballée par la chose à 100% n’hésite pas si tu as des questions.

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai lu ton dernier article (que j’ai beaucoup aimé d’ailleurs !!) et où tu ne caches pas que ce n’est pas de tout repos d’allaiter. Bravo à toi de poursuivre dans cette voie en tout vas. Je n’hésiterai pas à te solliciter si besoin, merci 🙂 Comment trouves tu le temps de continuer à écrire avec ce petit bout qui te demande tant ?

      Aimé par 1 personne

  5. J’ai décidé d’allaiter également au milieu de ma grossesse. J’hésitais comme toi. J’ai envie d’allaiter pour le bébé, pour les bienfaits du lait maternel. Mais j’ai des peurs, notamment d’allaiter en public. Je sais que ça ne sera pas possible. Je suis allée à une réunion d’information sur l’allaitement et ça m’a rassuré dans un sens. La dame m’a donné des techniques pour allaiter au calme, loin des regards. Je n’aime pas voir une femme allaiter son bébé alors je ne me vois pas déballer mon nichon en pleine rue. Je ne suis pas pudique mais je ne m’imagine pas donner le sein à mon bébé alors que je suis en pleine conversation avec des amis. J’ai même demandé à mes parents et ma belle mère que je ne voulais pas de monde à côté de moi quand j’allaiterais à la maternité. Ça sera déjà une grande nouveauté pour moi, pas envie d’avoir des yeux figés sur ma poitrine alors que je ne suis pas sûre d’être à la « hauteur »
    J’ai décidé d’allaiter, de tester avec bébé mais de me laisser totalement libre d’arrêter si cela ne me convient pas.

    Aimé par 1 personne

  6. Je te souhaite qu’une fois bébé là tout ce qui te semble aujourd’hui insurmontable, piégeant, compliqué s’envole au profit d’une évidence et ce aussi bien que tu allaites ou non. Tu dis que tu ne te vois pas allaiter devant ton mari, moi je le sentais pas qu’il voit certaines choses lors de l’accouchement. Quand le moment est arrivé c’était le dernier de mes soucis. Je te souhaite pareil.
    Mais surtout si après l’essai fait tu le sens toujours pas, tu n’es pas bien dans ta tête avec ce bébé au bout du sein ne t’entête pas. Chaque enfant va grandir, évoluer, mûrir, être malade, faire des bêtises, pleurer. Et ce qu’il soit allaité ou pas. Je trouve ça terriblement réducteur de dire que le bébé allaité c’est mieux, c’est moins malade patati patata. Par ex les enfants en crèche sont plus malades que chez une nounou. C’est pas pour autant que les mères refusent de mettre leurs enfants en crèche à cause de ça.
    Alors fais TON choix et vis le bien !!!

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire, tu as tout à fait raison avec cette histoire de crèche, j’ai ouvert les yeux !!
      Et comme tu dis, il y a de grandes probabilités (et d’ailleurs je compte pas mal là dessus…) que les doutes s’envolent au moment M et que je ne me pose plus de question.

      J'aime

  7. Tu m’amènes à me poser des questions que je n’avais pas du tout envisager…
    J’ai envie d’essayer d’allaiter parce que c’est une « expérience » que je ne connais pas et que je particulièrement curieuse de nature, alors je me dis que j’essaierai bien. Mais j’avais jamais pensé au fait de devoir le faire devant des gens !
    Effectivement, comme toi, je suis pas particulièrement pudique mais de là on montrer ma poitrine à ma famille ou à des inconnus non merci.
    Du coup va falloir que je creuse la chose…
    Comment je vais faire accepter mon besoin d’isolement pour allaiter mon bébé? Ça va pas être simple…
    Et pourquoi est ce que c’est si difficile au départ? Qu’est-ce qui est difficile? Pourquoi la plupart des allaitantes disent qu’il faut s’accrocher?
    Si l’une d’entre vous peut nous expliquer tout ça, je suis preneuse…
    De même que si vous avez repéré un livre plutôt bien écrit sur le sujet…

    Desolee d’avoir pourri ton post avec mon commentaire long comme le bras!
    Bisous

    J'aime

    1. Pas de soucis !! Je pense que la question de l’allaitement « en public » devient inévitable à un moment, surtout si ton bébé tête lentement… Un bébé qui a besoin d’une heure à chaque tétée et qui demande 8 fois par jour, ça te ferait 8h à l’encart, au secours la vie sociale ! Mais bon, tout dépend du bébé, et puis la nuit, le problème ne se posera pas. Pour ce qui est de aire accepter ton besoin d’isolement, je pense qu’il ne faut pas hésiter à l’imposer…

      Aimé par 1 personne

    2. D’après ce que disait ma sage-femme, au départ la « douleur » peut venir de la 1ere montée de lait et la succion du bébé même bien positionné puisque que ce sont deux choses nouvelles et inhabituelles pour cette partie sensible de notre anatomie, peu habituée à ce genre de traitement.
      Si tu veux, il y a une brochure plutôt bien faite sur l’allaitement, il suffit de taper « guide allaitement inpes » sur le fameux moteur de recherche go**** (je sais pas si j’ai droit de faire la pub ^^).

      Aimé par 1 personne

  8. J ai toujours voulu allaiter mais blabla cela reste un choix. Pourtant j adhère à la Lll, je suis ravie d avoir leurs conseils mais je lis aussi Badinter et il faut faire selon son instinct et pas selon un instinct maternel dont on ne peut même pas prouver l existence.
    Essaie, oui c est difficile je sais, de te laisser porter par l instant présent. Quel que soit ton choix, il sera le bon, car il sera le tien et si ton choix se fixe à la naissance eh bien ce n est pas trop tard, c est qu il te fallait ce laps de temps.

    J'aime

  9. Bonjour/soir,

    Une tétée nocturne m’amène justement sur votre blog 😊
    Ayant un allaitement « parfait » évidemment je ne peux que le conseiller, mais il se peut que vous n’aimiez pas, dans ce cas, un biberon sera bien mieux évidemment. Par contre, ne partez pas avec des préjugés qui pourraient vous faire arrêter parce que beaucoup d’idées fausses sont véhiculées.
    -Votre corps produira DANS TOUS LES CAS assez de lait et du lait assez nourrissant
    -Vous serez fatiguée MAIS vous dormirez mieux
    -Les pics de croissances arrivent régulièrement (et pas seulement à 3 semaines, 3 mois et 6 mois), ce n’est pas grave, laissez deux jours à votre corps pour se synchroniser avec bébé
    -À la sortie de la maternité, je vous conseille vivement d’aller chez un osthéo qui remettra le petit corps de bébé en place (oui on n’est pas les seules à souffrir) et vous évitera des crevasses
    -Un petit foulard sur l’épaule pour cacher bébé et le tour est joué. J’allaite partout, et je ne trouve pas que les gens me regardent, je reste discrète et cache bien bébé

    Une question par contre, pourquoi cette peur que les gens sachent que vous allaitez? Quel aspect vous fait honte?

    Bref, allaiter lorsque c’est un choix (et non pas pour faire plaisir à qui que ce soit) c’est facile, gardez juste en tête que « oui vous êtes capable de le faire » et surtout faites confiance à votre bébé, lui il saura vous guider!

    Je suis désolée du pavé, et même si j’ai l’air de faire partie de la leche league, vraiment, faites comme vous le sentez, un bébé au biberon n’est ni en moins bonne santé ni moins aimé, et surtout, allaiter ne fera pas de vous une meilleure mère (sinon ce serait trop simple!).

    Je suis également sure que votre décision finale se prendra en voyant votre tout petit, écoutez-vous et tout se passera bien.

    Amicalement.

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour votre commentaire, que j’apprécie. Il n’est pas du tout moralisateur mais montre une fois encore que l’allaitement se passe bien pour certaines d’entre nous. Je reste sur l’idée de tenter et de voir comment ça va se passer. L’envie d’allaiter ne s’est toujours pas présentée mais l’envie de bien faire oui. Et si ça ne va pas on passera aux biberons sans scrupules, au moins j’aurais essayé.
      Pour ce qui est de l’ostéo : c’est prévu et m’égare prévu ! Moi – même j’ai consulté mon osteo préféré pendant la grossesse qui m’a beaucoup soulagée, et il s’occupe des nourrissons (notamment à Necker) et je suis persuadée qu’une séance sera bénéfique.
      Pour ce qui est de ma « pudeur » à ne pas vouloir dire que j’allaite, je ne l’explique pas. Pourtant j’y pense mais je suis bien incapable de dire d’où ça vient. Ça passera peut être aussi avec la pratique.
      Merci encore et au plaisir de vous lire 🙂

      J'aime

  10. moi aussi réticente que toi pour les memes points, je me retrouve parfaitement dans ton article !!! Mais a contrario je n’ai pas changé d’avis. Ma puce devant arrivée avec un petit poids je ne supporterai pas de prendre le risque d’un échec d’allaitement maternel !

    J'aime

  11. Coucou !
    Ma petite expérience 🙂
    Pour bb1 je ne voulais absolument pas allaiter et j insiste sur Absolument pas du tout !!!
    J ai commencé à y réfléchir vers 6 mois de grossesse. Je me suis dit  » allez j essaye et puis si je trouve ça bizarre ou trop douloureux j arrêterai ». Et je suis tombée sur une perle pour la préparation à l accouchement. Le cours sur l allaitement était riche d infos et d expériences . Je n avais plus de zones d ombre. Du coup j étais sereine. Crois moi ça compte d être bien informée. Car elle nous a parlé de plein de cas de figures, du coup quand tu te trouves face a la situation, tu sais la gérer. Par exemple l Auxi de puériculture qui te sort que tu n as pas assez de lait à la mater. Je te l ai remballé directe la petite dame.

    Eh bien ça a été une merveille du début jusqu’à la fin. Aucun problème, aucune douleur (crevasse, montée de lait jamais sentie quand elle est arrivée etc.) un allaitement parfait ! J ai allaité mon fils jusqu a 13 mois et j ai repris le travail quand il avait 4 mois. J ai tiré mon lait au travail. Il n a jamais bu un autre lait que le mien jusqu a ses 13 mois.

    Pourtant j étais celle qui ne voulait absolument pas allaiter.

    Bref tout ça pour dire que allaitement bb1 était tellement idyllique donc j apprehende pour bb2, je sais que, les accouchements, les bébés, les allaitements,sont différents d une grossesse à une autre donc on verra aussi. Je pense a un allaitement mixte d ailleurs. Je verrai au feeling avec bebe.

    Donc conseil no stress, si tu ne le sens pas, tu arrêteras… Pour la pudeur, il suffit d un grand lange, une cape, un tablier, ils font plein de choses maintenant. Et puis à la mater, si un de tes visiteurs est la au moment de donner le sein, tu peux lui dire gentillement de sortir pendant la mise au sein. Même devant mon mari j essayais au Max de mettre un lange. Je trouvais ça plus respectueux.

    J'aime

    1. Bienvenue sur le blog 🙂
      Merci pour le partage de ton expérience, c’est toujours agréable de lire que des allaitements se passent bien ! J’ai visiblement le même raisonnement que tu as eu…
      Et pour la pudeur je te rejoins à 100%, je vais opter dans un premier temps pour des langes, je serai plus à l’aise je pense.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s